Lycée Emile Littré
Boulevard Pasteur, 50300 Avranches

Accueil ::> Activités et voyages ::> Activités pédagogiques ::> Arts plastiques ::> Travaux d’élèves ::> Option facultative 1res ::> Exposition à l’école des Beaux-Arts de Cherbourg

Exposition à l’école des Beaux-Arts de Cherbourg

mercredi 13 octobre 2010, par Marie-Dominique LEDANOIS.

Le jeudi 6 mai 2010, quelques élèves des lycées de la Manche proposant l’option arts plastiques, ont répondu à l’invitation de l’école des Beaux-Arts de Cherbourg. L’exposition intitulée (Re)présentation montre jusqu’au 16 mai ces nombreux travaux présentés dans la chapelle de l’établissement. Elle est ouverte de 14h à 18h.
Vue d'ensemble
Le dispositif de cours mis en place pour cette exposition fait suite à celle présentée dans la galerie d’art au sein du lycée, qui concernait l’installation de Benoît DELOMEZ. Ce travail montré dans le cadre du réseau académique en partenariat avec la D.R.A.C. a permis aux élèves de rencontrer l’artiste et de mieux appréhender le sens de l’œuvre présentée, de s’interroger sur ses enjeux tant politiques qu’écologiques.

Installation de Benoît <span class="caps">DELOMEZ</span>, détail

C’est « une œuvre fortement narrative dans son contenu comme dans sa forme pour dénoncer et se positionner sur une réalité telle que l’instrumentalisation de l’eau. (…) Sur le mur, trois baigneurs/instruments. Trois robinets phalliques décideurs, régulateurs des gouttes d’or, des gouttes de vie, aux couleurs de la France. Leur puissance dominatrice est visible dans leur positionnement et renforcée par le réseau/aimant disposé autour deux, qu’ils contrôlent, qu’ils amassent et dirigent à la source.

Leur cerveau, comme lobotomisé, dénonce leur manque total d’humanisme, au sens philosophique du terme. »

La rencontre fort stimulante pour les élèves les a conduits en cours après coup à réfléchir à une cause à laquelle ils étaient eux mêmes et individuellement sensibles. Une proposition leur a été donnée les obligeant à travailler en volume sur une cause qui apparaissait comme étant grave à leurs yeux.

En tentant de ne pas illustrer de façon simplement narrative leur propre choix, ils ont commencé par faire des recherches plus approfondies sur le problème soulevé. Ces recherches les ont amanés ensuite à des productions diversifiées qui les ont obligés chacun à s’interroger sur le mode de présentation le plus adéquat de leur réalisation, forcés de se plier à la contrainte qu’ils avaient d’un transport prévu de leur réalisations en car, (et donc pour certains de restreindre leurs ambitions de départ) ainsi qu’à l’impossibilité qu’il avaient de voir le lieu d’exposition préalablement. Chacun explique en quelques phrases ce qui a motivé le travail exposé.

(Voir diaporama ci-joint)

spip:info_portfolio

  • Télécharger (JPEG – 5.4 Mo)
  • Louisa 1re ES

    Mon travail représente une forêt fabriquée à partir de parier journal. En utilisant le papier, je revendique le fait que celui-ci provient du bois des arbres et que par métonymie, le papier, c’est des arbres. Je mets en avant les dangers du gaspillage, si rapide, si facile comparativement à l’arbre qui met des années à croître, à grandir. J’aime l’idée du recyclage dans mon projet. Par le biais du dégradé, j’ai voulu interpréter la déforestation liée au temps, à la lenteur de ce fléau qui laisse des paysages dévastés, vides, infinis symbolisés par l’aplat de noir. La présentation au sol, met le spectateur en état de dominer la situation ce qui est aussi le cas dans la réalité. C’est l’homme qui décide, qui agit de cette façon.

    Télécharger Louisa 1re ES (JPEG – 956.2 ko)
  • Travaux d’élèves présentés