Rencontre avec Olivier Truc, romancier

Les élèves de 2gt6 et 2gt9 ont rencontré le romancier Olivier Truc, dans le cadre du festival Les Boréales. Celui-ci a répondu à leurs questions sur ses romans, et sur son métier d’écrivain. Les 2gt9 racontent, à partir de notes prises par les 2gt6.

Dans le cadre du festival Les Boréales , nous avons participé à la rencontre d’Olivier Truc, qui nous a parlé de son métier. Olivier Truc est un journaliste et romancier français qui vit en Suède. Il a choisi de s’installer en Suède par amour, pour suivre sa femme. Il a appris la langue en six mois, grâce au système suédois, qui propose des cours gratuits de suédois pour les immigrés. Il est l’auteur de cinq romans, dont les quatre derniers parlent de la Laponie, une région située entre la Suède et la Norvège, habitée par les Samis (ou Lapons). Les Samis sont le dernier peuple aborigène d’Europe. Ils ont été colonisés par les Suédois au 17ème siècle, et depuis subissent toujours du racisme et des discriminations.

Son roman policier Le Dernier Lapon a été traduit dans 20 langues différentes. On lui a demandé d’adapter Le Dernier Lapon en film, mais pour l’instant, par manque de budget, le réalisateur espère pouvoir commencer par des courts-métrages autour de l’histoire. Son dernier livre, Le cartographe des Indes Boréales , paru en 2019, est un roman d’aventures historiques, , dans lequel le héros, un jeune basque, va traverser l’Europe et finir par prendre parti pour les Lapons. Il est actuellement en train d’écrire le quatrième volume de la série entamée par Le Dernier Lapon, qui suit les enquêtes de deux membres de la police des Rennes, Klemet, un Sami (Lapon), et Nina, une Suédoise. Depuis le succès du Dernier Lapon, il a la chance actuellement de pouvoir vivre de ses romans, mais ne sait pas combien de temps cela va durer. On lui colle souvent une étiquette de spécialiste de la Laponie, mais il n’écrit pas que sur ce pays ! Son premier roman, L’imposteur, parle d’un autre sujet, et il prévoit de changer la localisation de ses prochains projets. Il a par exemple un projet de livre situé au Moyen-Orient, et un autre en Afrique.

Ce qui le motive à écrire, ce sont les histoires qu’il raconte et les lecteurs qu’il rencontre. Olivier Truc n’a cependant pas voulu devenir écrivain tout de suite. Dans un premier temps, il voulait devenir pilote de chasse, mais a finalement préféré devenir journaliste, car il préférait un métier moins prévisible ! Depuis 1997, il a fait des reportages partout dans le monde, sur différents sujets, dont la Laponie. Il est devenu romancier sans le vouloir, suite à une rencontre lors d’un reportage, avec un rescapé d’un goulag. Après plusieurs refus d’éditeurs, il a décidé de retravailler son récit, qui a fini par être publié.

Grâce à ses réponses, nous savons comment il prépare et écrit ses romans. Il n’a pas peur de la page blanche, car il a toujours plusieurs projets de livres à l’avance, dont il fait d’abord un plan détaillé. Son métier de journaliste l’aide beaucoup à ce moment de l’écriture, car il ne se met pas de barrières, et n’hésite pas à aller interroger toutes les personnes nécessaires pour s’instruire le plus possible sur le sujet dont il veut parler. Toutes ces rencontres et les articles qu’il a écrits en tant que journaliste contribuent à lui donner de nombreuses idées. Puis, lorsqu’il rédige le premier jet, il ne se consacre qu’à cela : il se donne pour objectif d’écrire dix pages par jour, et ne s’arrête pas tant qu’il n’a pas atteint cette quantité. Cela lui permet d’écrire plusieurs centaines de pages assez rapidement, en un mois. Mais toutes ne sont pas bonnes ! Il passe ensuite beaucoup plus de temps à corriger son premier jet, à peaufiner ses paragraphes, à enlever ou rajouter des phrases, des détails, des descriptions. Olivier Truc s’inspire parfois de personnes réelles pour créer ses personnages. Il reprend un peu leur histoire, leur personnalité et les adapte pour écrire son roman. Mais à d’autres reprises, les personnages arrivent par surprise. En effet, quand il écrit, il visualise les scènes, un peu comme au cinéma, et se laisse guider par le personnage, comme s’il se mettait dans sa peau, et parfois il se laisse surprendre. Il utilise l’ordinateur pour rédiger, mais préfère le stylo et le papier qui lui permettent souvent de trouver ses idées.

Pour lui, le métier d’auteur n’a que des avantages, car il a une grande liberté d’écrire ce qu’il veut, qu’il n’a pas en tant que journaliste. Il aime également rencontrer ses lecteurs. Le roman qu’il préfère parmi ses livres, c’est le prochain, celui qu’il est en train de rédiger !

[/Les élèves de 2gt9/]

Deux liens vers des padlets créés par les élèves de 2gt6 pour préparer la rencontre :

https://padlet.com/alexandretrillon...
https://padlet.com/alexandretrillon...

Voir en ligne : Lien vers la page du dernier roman d’Olivier Truc

Portfolio