Accueil ::> Disciplines ::> Arts plastiques ::> Programmes ::> Programme officiel de l’enseignement de détermination et de l’option Arts (...)

Programme officiel de l’enseignement de détermination et de l’option Arts Plastiques

vendredi 12 mars 2010, par Marie-Dominique LEDANOIS.

L’enseignement des arts plastiques engage, en classe de seconde, un questionnement sur l’œuvre et l’image qui sera poursuivi et approfondi dans le cycle terminal, avec, notamment en classe de première, la question l’œuvre et le lieu, et, en terminale, la question l’œuvre et le corps.

Appréhendées de façon dynamique, ces questions permettent de proposer des situations au cours desquelles l’élève travaille les notions fondamentales de la discipline.
L’enseignement des arts plastiques au lycée a pour principe l’articulation de la pratique plastique à la culture artistique. Il se fonde sur une définition des formes artistiques, léguées par l’histoire et enrichies par celles qui sont apparues au XXe siècle.

CLASSE DE SECONDE

Objectifs

En seconde, cet enseignement reprend, confirme des savoirs acquis au collège, et ouvre sur une pratique de plus en plus autonome.
L’enseignement des arts plastiques en classe de seconde se propose de conduire l’élève à :
- développer ses propres moyens d’expression,
- acquérir une culture artistique ouverte à la diversité.
Pour atteindre ces objectifs, l’enseignement des arts plastiques donne à l’élève la possibilité d’une pratique personnelle mise en relation avec le champ artistique. En même temps qu’il favorise les acquisitions techniques et méthodologiques nécessaires, il amène l’élève à s’approprier, en les identifiant et en les actualisant, des questions fondamentales qui, du passé à l’actualité récente, traversent les formes artistiques.

La pratique artistique

L’élève travaille en deux et trois dimensions, en variant les techniques, photographie, infographie et vidéo comprises, en diversifiant support, format, mode de présentation, par des réalisations individuelles ou en groupe.
Il est invité à explorer et à s’approprier ce qui relève :
- de la forme : constituants plastiques et matériels, structure de l’œuvre (ligne, surface, couleur, valeur, facture, volume, lumière ; format, support, matériau, médium ; relation forme/fond, rapport plein/vide ; notions de champ, d’espace, de profondeur) ;
- de la mise en œuvre : geste, décision, temporalité ;
- du sens : expression, signification, portée esthétique et éthique (intention ; représentation, narration ; concept, image, symbole, allégorie).

Le temps disponible, soit trois heures hebdomadaires, peut se prêter au développement ponctuel d’un projet par l’élève, dans le cadre d’une ou plusieurs séances, projet individuel ou en groupe, d’échelle variable. Il importe que l’élève, invité à présenter verbalement son travail, prenne conscience de ses démarches, explicite ses choix et les confronte à ceux des autres.
Il s’agit d’encourager l’initiative et l’autonomie de l’élève à différents niveaux.

L’approche culturelle

La culture artistique fait l’objet d’un enseignement spécifique librement modulé au long de l’année à l’intérieur du volume hebdomadaire de trois heures. Par l’apport de références appropriées, le professeur ouvre sur l’ensemble du champ artistique et fait apparaître de nouveaux questionnements.
Le champ des œuvres et des démarches étudiées en classe de seconde, et auxquelles il est fait référence dans la pratique, n’est pas historiquement délimité. Il revient au professeur, dans la construction de son enseignement, de puiser dans le patrimoine occidental et au-delà, les exemples les plus significatifs. Ils sont diversifiés et correspondent à des attitudes, à des systèmes plastiques et figuratifs eux-mêmes différents.
En fonction des questions travaillées dans la pratique, les exemples sont pris dans la peinture, la sculpture, l’architecture, la photographie et parmi les productions, notamment contemporaines, qui se sont affranchies de cette classification.
À ce stade de formation, l’analyse d’œuvre est privilégiée ; fondée sur des confrontations, des rapprochements, l’analyse comparative met en évidence les caractères propres à chaque œuvre et à ce qu’elle partage avec l’époque.
Appuyer l’approche culturelle sur l’examen des constituants plastiques et sur les problématiques artistiques fondamentales répond au principe d’un enseignement articulant pratique et culture. Elle dote par ailleurs concrètement l’élève de grands repères chronologiques en situant l’œuvre dans son moment historique.

On interroge en particulier l’œuvre et l’image sous l’angle de leur matérialité, de leur rapport au réel, des intentions de l’auteur en relation avec leur fonction et leur statut, de leur perception et de leur interprétation.

a) Matérialité :
- données matérielles (support, médium) et composantes plastiques (ligne, forme, couleur, lumière, matière) ;
- techniques de création et moyens de production (fresque, gravure, peinture, photographie, cinéma) ;
- reproduction, diffusion, médiatisation.

b) Rapport au réel :
- représentation de la figure (réalisme, ressemblance, expression) ;
- représentation de l’espace (les différents systèmes perspectifs et de représentation de l’espace) ;
- passage à la non-figuration.

c) Intentions de l’auteur, en relation avec leur fonction et leur statut :
- commande, engagement, fonction sociale, culturelle, économique,
- intentions de communication ou intentions d’expression individuelle : choix plastiques et esthétiques, provocation, transgression, rupture.

d) Perception et interprétation :
- réception, perception sensorielle, analyse plastique ;
- multiplicité des interprétations (diversité des codes culturels, polysémie, singularité).

À l’issue de la classe de seconde, l’élève aura acquis des compétences d’ordre artistique, culturel, technique, méthodologique, comportemental.

Pour voir la totalité de ce programme officiel, cliquer ici.

CLASSE DE PREMIÈRE - Série littéraire (OPTION DE SPÉCIALITÉ ou OBLIGATOIRE)

Objectifs

Les objectifs de cet enseignement sont d’expression, de culture et de réflexion critique. L’élève est engagé dans la série littéraire du cycle terminal ;le volume horaire de cinq heures autorise un engagement personnel plus intensif dans la pratique artistique comme dans l’approche culturelle.

L’enseignement des arts plastiques à ce niveau vise à doter l’élève des moyens :
- de comprendre le sens et la portée des œuvres ainsi que la nature et la diversité des démarches artistiques ;
- de s’interroger sur les conditions et les enjeux de la création artistique dans des contextes historiques et culturels précis ;
- d’engager une réflexion sur le statut de la technique dans l’expression artistique.

La pratique artistique

Ce programme s’applique à la fois dans l’horaire hebdomadaire consacré à la pratique (3 heures) et dans celui réservé à la culture artistique (2 heures).

Par un développement de sa pratique, l’élève est amené à une meilleure maîtrise de ses moyens d’expression personnels.

En fonction des situations d’enseignement, le travail peut porter sur :
a) les constituants plastiques et leur mise en relation :
- les différents modes de représentation et de construction de l’espace ;
- le rôle de la couleur : spatial, expressif, symbolique ;
- l’incidence du geste, du médium : trace, signe, facture.
b) le rapport au référent : - les questions de la mimésis, de l’abstraction, de la représentation / présentation ;
- l’intrusion du réel dans l’œuvre : le collage, le montage, l’assemblage ;
- l’emprunt, la référence, la citation.

La pratique de l’élève, à travers des médiums diversifiés, passe par l’attention aux diverses acceptions du lieu : le lieu figuré, le lieu comme espace à investir, le lieu imaginé et /ou construit.
- Le lieu figuré : les représentations bidimensionnelles (graphiques, picturales, photographiques) ou tridimensionnelles (maquette, construction, sculpture) du paysage et de l’architecture ; les vues d’intérieur, d’extérieur ; les espaces de transition ; le thème de la fenêtre ; le cadrage et le point de vue.
- Le lieu comme espace à investir : espace de la réalisation (support) ; espace réel transformé par la production (espace scolaire, espace public).
- Le lieu imaginé et/ou construit : décor ; espace scénographique ; image de synthèse.

À cette occasion l’élève est conduit à entreprendre des réalisations individuelles ou collectives, bidimensionnelles, en volume ou dans l’espace, à explorer des techniques et des procédés traditionnels ou récents.

L’approche culturelle

À ce stade, au sein de la série littéraire, les repères culturels sont abordés de manière plus fine et plus exigeante, ouvrant l’élève à la compréhension des situations historiques et de leur complexité.
En relation avec ce qui est en jeu dans la pratique, l’approche culturelle s’appuie sur une attention permanente à la question l’œuvre et le lieu (formes, codes et conceptions selon les époques et le contexte).

L’approche culturelle s’élabore à partir de quelques réalisations significatives repérées dans l’histoire de l’art, mettant en évidence les différences de conceptions spatiales et leur traitement plastique.

Elle se fonde sur la pratique artistique qu’elle nourrit à son tour grâce à la prise en compte obligatoire de quelques repères culturels importants, examinés sous l’angle de la continuité, de l’évolution, de la rupture, de la citation.
Le professeur choisit deux questions parmi les trois suivantes : le lieu figuré ; le lieu comme espace à investir ; le lieu imaginé et/ou construit.

- Le lieu figuré :
. les systèmes perspectifs occidentaux
. un exemple de système perspectif non occidental (Moyen-Orient et Extrême-Orient) ;
. l’anamorphose et les perspectives singulières ;
. la cartographie et les codes de la représentation architecturale.

- Le lieu comme espace à investir :
. le décor architectural ;
. le jardin ;
. les sites naturels, l’architecture et les pratiques artistiques contemporaines (land art, intervention in-situ, installation) ;

- Le lieu imaginé et/ou construit :
. l’architecture éphémère ;
. la scénographie, le décor de cinéma, l’opéra ;
. les villes idéales et l’architecture utopique.

Pour permettre des acquisitions indispensables (dates, théories, auteurs, mouvements artistiques) un traitement chronologique n’est pas le seul dispositif envisageable. Une approche fondée sur des problématiques plastiques dégagées de l’analyse d’œuvres questionne plus efficacement la continuité, les ruptures, les différentes formes de la représentation.

Le développement d’une pratique critique et d’une réflexion sur la production artistique à différentes époques amène progressivement l’élève à saisir, au-delà des modalités de création, ce qui relève de la dimension artistique.

À l’issue de la classe de première, l’élève aura acquis des compétences d’ordre artistique, culturel, technique, méthodologique, comportemental.

L’évaluation porte sur la pratique et sur la culture artistique, selon des critères liés aux compétences énoncées.

Pour voir la totalité de ce programme officiel, cliquer ici.

CLASSE DE PREMIÈRE (OPTION FACULTATIVE)

Objectifs

L’enseignement de l’option facultative se caractérise par la place importante accordée au projet de l’élève et se fonde sur l’exercice d’une pratique critique. Il est ouvert à tout élève de première.

L’enseignement des arts plastiques vise à rendre l’élève acteur de son rapport à l’art. Il donne à l’élève les moyens de repérer ses compétences, de comprendre ses choix, de prendre conscience de sa connaissance du champ artistique et des relations entretenues entre sa production et ce champ de référence.
Il a pour but de lui permettre d’accéder progressivement à une relative autonomie dans sa pratique et de développer une compréhension de la démarche artistique dans sa diversité et sa complexité.

Pratique artistique

Le programme est centré sur la question de la représentation. En classe terminale, il portera sur la question de la présentation.

La pratique artistique permet à l’élève de choisir et développer ses propres moyens d’expression.
La diversité des projets suppose des modes d’expression différents : peinture, dessin, volume, installation, infographie, vidéo coexistent.
Le projet peut émaner de l’élève, ou se construire à partir de situations proposées par le professeur. Il peut être individuel ou collectif, d’échelle variable. Il peut s’appuyer sur des recherches documentaires notamment à l’aide d’internet. Progressivement, l’élève prend ainsi conscience de ses choix, et apprend à construire une démarche personnelle.

Le professeur facilite l’émergence du projet, aide l’élève à lui donner une envergure ou à le réorienter, à se situer dans la démarche engagée ; il prévoit des moments de présentation des travaux, de verbalisation au cours desquels s’effectue un travail critique, et la mise en relation des productions des élèves et des œuvres ; il apporte des références appropriées en relation avec la question de la représentation et amène les élèves à identifier les notions abordées dans leurs réalisations et les œuvres abordées.

L’approche culturelle

L’approche culturelle se fait à partir des questions induites par les productions des élèves. Elle permet à l’élève de soulever et d’identifier des questions propres à la démarche artistique. Elle l’entraîne à rechercher des repères et des références artistiques auxquels il confronte sa propre expérience. Les œuvres proposées sont prises tant dans le patrimoine que parmi les œuvres contemporaines, dans la variété des pratiques artistiques actuelles, en relation avec la question de la représentation.

Le cours se construit autour de la question de la représentation. Elle permet d’interroger :

- les procédés de représentation (les outils, les moyens et techniques, médiums et matériaux mis en œuvre et leur incidence) ;

- les processus (le cheminement de l’idée à la réalisation, les opérations mises en œuvre, la production de la figure, la prise en compte du temps et du hasard) ;

- les codes (modèle, écart, ressemblance, codes photographiques, infographiques...).

À l’issue de la classe de première, l’élève aura acquis des compétences d’ordre artistique, culturel, technique, méthodologique, comportemental.

L’évaluation s’effectue au cours d’une présentation ponctuelle.
Elle porte sur la richesse des démarches adoptées, l’efficacité de la mise en œuvre des moyens d’expression plastique choisis et la dimension artistique des réalisations présentées.

Pour voir la totalité de ce programme officiel, cliquer ici.

CLASSE DE TERMINALE - Série littéraire (OPTION DE SPÉCIALITÉ ou OBLIGATOIRE)

Objectifs

L’enseignement des arts plastiques en classe terminale se fonde sur l’exercice d’une pratique plus autonome.

L’élève est conduit à :

- s’interroger sur ses démarches et ses pratiques pour prendre conscience des sources de son travail, du jeu propre des matériaux et des écritures employés, des effets et du sens que produisent ses réalisations dans leurs diverses composantes ;
- découvrir les problématiques liées à la production, la présentation et la réception des œuvres inscrites dans l’histoire ;
- construire peu à peu une pensée critique, nourrie de connaissances d’ordre technique, historique, esthétique, et d’une attention portée à l’expression des autres ;

Le questionnement entrepris sur l’œuvre se poursuit et s’achève en terminale par « l’œuvre et le corps ».

La répartition entre trois cinquièmes de l’horaire global réservé à la pratique et deux cinquièmes à l’approche culturelle s’applique également en classe terminale, liberté étant laissée au professeur de moduler ce rapport.

La pratique artistique

À travers des médiums diversifiés, la pratique artistique explore la multiplicité des rapports qu’entretiennent l’œuvre et le corps selon les entrées citées ci-dessous :

- Le corps en action renvoie au corps de l’artiste impliqué dans la conception et la production de l’œuvre, ainsi qu’au corps du spectateur qui approche et reçoit l’œuvre.

- Le corps figuré traite, au moyen des choix opérés par l’artiste (réalisme, schématisme, allusion ; symbolisme, fantasmagorie, ...), de la question de la figuration, autour de quoi se noue la question cruciale de la représentation.

- Le corps dans l’espace et le temps considère la relation que le corps humain entretient avec l’espace et le temps, deux données dont il est une des premières mesures sensibles. La relation à l’espace renvoie notamment à toutes les questions concernant le rapport de l’échelle humaine à un environnement donné. La relation au temps renvoie plus particulièrement aux modifications ou métamorphoses du corps, subies (les âges de la vie), rêvées ou imposées dans le cadre des pratiques sociales, culturelles et religieuses.

- Le corps et l’expérience sensible du monde et des autres aborde cette relation à travers une approche sensible et sensorielle, dans une relation au corps de l’autre : « duo » et « duel » (attirance, fusion ; confrontation, affrontement, répulsion), dans une confrontation au corps des autres ou « corps social » (le groupe, la foule dans ses différentes formes et manifestations).

L’enseignant construit des dispositifs permettant à l’élève de donner matérialité, forme et sens à ses intentions avec des moyens plastiques diversifiés et dans une visée d’ordre artistique ; il suscite et encadre des débats collectifs au cours desquels les élèves sont amenés à fonder et à formuler leurs perceptions, leurs analyses, à exercer et développer leur sens critique. Enfin, il les accompagne dans la conception de leur dossier personnel à présenter lors de l’épreuve orale du baccalauréat :

Voir modalités en cliquant sur ce lien : épreuves du baccalauréat

L’approche culturelle

Il s’agit de faire apparaître les héritages reçus, les ruptures déclarées et les voies nouvelles ouvertes au cours du XXe siècle.
En cohérence avec la pratique, on s’appuie sur les quatre entrées adoptées :

- Le corps en action
- Le corps figuré
- Le corps dans l’espace et le temps
- Le corps et l’expérience sensible du monde et des autres

Le programme s’appuie par ailleurs sur un programme limitatif de trois questions, renouvelé par tiers chaque année, portant sur le XXe siècle et intégrant notamment les démarches les plus récentes de l’art contemporain. :

Voir pour l’année en cours en cliquant ici.

CLASSE DE TERMINALE (OPTION FACULTATIVE)

En classe terminale comme en classe de première, l’enseignement de l’option facultative se caractérise par la place faite au projet de l’élève et se fonde sur l’entraînement à une pratique critique. Il est ouvert à tout élève de terminale, quelles que soient sa série.

Objectifs

L’enseignement s’attache à entraîner l’élève à :
- formuler ses intentions ;
- construire une expression plastique personnelle ;
- s’interroger sur quelques grands aspects de la vie artistique du XXe siècle.

La pratique artistique

Après avoir traité de la « représentation » en classe de première, l’enseignement en terminale pose plus particulièrement la question de la « présentation », question qui détermine à la fois la pratique artistique et l’approche culturelle.
Les élèves sont conduits à découvrir et exploiter les dispositifs et les stratégies conçus par les artistes pour donner à voir et ressentir leurs œuvres et impliquer le spectateur.
Considérant la diversité des parcours des élèves comme une richesse, elle permet à chacun de choisir et de développer ses propres moyens d’expression, d’expérimenter de nouveaux supports bi ou tridimensionnels, et notamment d’exploiter les ressources offertes par les technologies numériques.

Le professeur sollicite et prend en compte les attentes, les projets et les initiatives des élèves. À partir des intentions de départ formulées, il les conduit à une mise en forme élaborée. Il s’attache plus particulièrement à les faire produire sur le phénomène de la « présentation ».
Par ailleurs, il guide l’élève dans la constitution d’un dossier artistique qui réunit un ensemble de réalisations

Voir modalités en cliquant sur ce lien : épreuves du baccalauréat

L’approche culturelle

Fondée sur la connaissance et la compréhension d’œuvres significatives, nettement repérées dans l’histoire, elle permet par ailleurs à l’élève de nourrir et développer sa curiosité, de mieux situer ses démarches personnelles et éclairer ses centres d’intérêt.
L’enseignement prend appui notamment sur les pratiques du XXe siècle, la « présentation » y occupant une place importante au point d’être parfois l’objet principal de certaines démarches de création.

En relation avec cette problématique, un programme limitatif de trois questions renouvelé par tiers chaque année porte sur la mise en relation de trois œuvres importantes, choisies de manière à favoriser une étude approfondie de différents dispositifs de « présentation ».
Les deux premières œuvres sont inscrites dans la production du XXe siècle, la troisième appartenant obligatoirement à une période antérieure.

Voir pour l’année en cours en cliquant ici pour le programme limitatif ou ici pour le programme officiel complet.

La problématique de la présentation permet d’ouvrir la réflexion et d’acquérir des connaissances sur :

- le support, la nature, les matériaux et le format des œuvres ;

- la tradition du cadre et du socle, ses ruptures et renouvellements contemporains ;

- l’inscription des œuvres dans un espace architectural ou naturel (privé ou public, institutionnel ou non ; pratiques de l’in situ) ;

- le statut de la production ou de l’œuvre, sa reconnaissance artistique et ses éventuelles mises en question ready-made » ou création élaborée, caractère pérenne ou éphémère, unité ou éclatement des supports...).

PRINCIPES COMMUNS A CES DIFFÉRENTS PROGRAMMES

Pour chacun, le programme comporte deux ensembles aux objectifs communs : un ensemble commun obligatoire et un ensemble libre.

a) Le premier les figures imposées ») correspond à peu près aux trois quarts de l’horaire annuel. Clairement limité dans ses contenus et ses objectifs, il est conçu pour que les différents items à traiter obligatoirement puissent l’être dans le temps imparti.

b) Le second les figures libres ») correspond à peu près au quart restant de l’horaire annuel. L’enseignant ou l’équipe pédagogique disposent librement de cet ensemble, soit pour revenir avec certains élèves sur tel ou tel point de l’ensemble commun obligatoire, soit pour aborder d’autres problématiques en fonction des goûts de chacun ou des opportunités locales.
Par ailleurs, il permet, en classe terminale, de mener une réflexion avec les élèves sur les formations artistiques de niveau post baccalauréat relevant soit du ministère de l’éducation nationale (DEUG arts ; écoles spécialisées en arts appliqués, cinéma ; lycées préparant aux BTS, etc.), soit du ministère de la culture (écoles d’art, d’architecture, de cinéma, de design, etc.).